Make your own free website on Tripod.com








Bousille et les justes

La religion au XXe siècle














accueil | auteur | pièce | époque | Histoire du théâtre québécois | bonus





epoquemoderne.jpg

Au milieu du 20e  siècle, le clergé québécois est si abondant que près de la moitié des prêtres catholiques oeuvrent à plein temps à l'extérieur de la paroisse traditionnelle : enseignement, aide aux syndicats ouvriers catholiques , gestion des services sociaux, etc. Les laïcs catholiques, malgré leur grand respect pour le clergé, n'en sont pas les pantins, comme le croient beaucoup de protestants.  Une élite laïque constituée dans les cercles politiques et journalistiques compte dans ses rangs Henri Bourassa, Maurice Duplessis et André Laurendeau, catholiques qui ne méritent guère le sobriquet de « marionnettes du clergé ». Les communautés chrétiennes du début du 20e siècle subissent de nombreuses tensions et incitent parfois les gens à adopter des solutions qui étouffent les conflits sans les résoudre. Chez les catholiques, l'unanimité n'est ébranlée qu'à de rares et brèves, occasions.  Il est remarquable que, bien que la population canadienne soit composée d'immigrants issus d'une grande diversité de pays d'origine et de racines culturelles, presque les deux tiers de ses habitants disent appartenir à trois Églises seulement : l'Église catholique, l'Église unie et l'Église anglicane.  À la suite de la deuxième guerre mondiale, les dirigeants religieux sont convaincus de la force des Églises : de nombreux fidèles assistent aux offices hebdomadaires et on consacre maintenant à l'édification de la paix les ressources auparavant affectées à la guerre. Toutefois, dans les années 60, la fréquentation des églises et les vocations cléricales connaissent une forte diminution partout, mais surtout au Québec.

religion.jpg
















L'époque de Maurice Duplessis